ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

AGRIODOR : des odeurs contre les pucerons

Dans le cadre du PNRI, la start-up AGRIODOR développe des molécules odorantes pour éloigner les pucerons des parcelles de betteraves. Le premier essai en parcelle d'agriculteur conduit en 2022 montre des résultats encourageants.

Cet article est rédigé par Camille Delpoux, en charge de la stratégie de développement et de commercialisation des solutions AGRIODOR

Développer des Blends répulsifs pour réduire la pression des pucerons

Les pucerons sont sensibles aux odeurs de leur écosystème. Les composés organiques volatils (COVs) de plantes sont autant de signaux aériens qui orientent ces insectes ravageurs dans les différentes étapes de leur cycle biologique. Plusieurs espèces de plantes sont identifiées dans la littérature scientifique comme ayant un effet répulsif avéré sur la colonisation et l’établissement des pucerons sur les cultures. L’objectif du projet AGRIODOR est de sélectionner les COVs répulsifs les plus efficaces, produits naturellement par ces plantes, afin de formuler un Blend (mélange de COVs) permettant de limiter la colonisation du puceron vert Myzus persicae dans les parcelles de betteraves sucrières. La diffusion de COVs répulsifs à proximité des plantes à protéger, perturbera l’installation des pucerons, diminuant la dissémination des viroses et leurs dégâts sur la culture.

Du screening à la sélection des candidats

En 2021, après une phase de synthèse bibliographique et de screening en laboratoire, un screening au champ a permis de déterminer les meilleurs COVs candidats pour formuler les différents Blends répulsifs. Par ailleurs, afin de calibrer la quantité de Blend à diffuser, le taux d’émission des COVs de betterave a été évalué pour les stades phénologiques sensibles à M. persicae (Photo de couverture). Cette donnée nous a permis de déterminer la bonne quantité de COVs nécessaire pour masquer l’odeur naturelle de la betterave.

2022 : une saison pleine de promesses

Les recherches ont été poursuivies pendant la campagne 2022 chez un agriculteur. L’objectif : acquérir assez de données pour affiner les formulations et trouver une méthode optimale pour mécaniser l’application des Blends répulsifs. L’étude a été réalisée dans une parcelle située à Capelle-les-Grands en Normandie et semée le 23 mars 2022. Les observations se sont étalées sur 8 semaines du 19 avril au 1er juin 2021. Tout comme pour les essais de 2021, des suivis entomologiques ont été réalisés pour évaluer l’effet des Blends sur l’abondance et le développement des deux formes du puceron : ailés et aptères. Les suivis des communautés de différents groupes fonctionnels d’insectes auxiliaires ont également été réalisés pour mesurer l’impact des Blends répulsifs sur l’abondance de ces arthropodes. La forte pression des pucerons sur la parcelle d’essai a permis de voir des effets significatifs sur la baisse de la population de pucerons. Tous les Blends testés ont montré une diminution significative par rapport au témoin du nombre de M. persicae, ailés (A) et aptères (B). L’efficacité la plus importante a été montrée en présence du Blend 1 pour les ailés et des deux Blends 2 et 3 pour les aptères. Le nombre moyen des M. persicae ailés et aptères par plante a diminué en présence des Blends les plus efficaces de 59% et 66% par rapport au témoin, respectivement.

Figure 1 : Nombre moyen de Myzus persicae ailés (A) et aptères (B) par plante

Un réseau de test à plus large échelle en 2023

Le Blend répulsif sélectionné sera testé dans différentes fermes pilotes avec l’aide de l’ITB afin de confirmer les premières observations terrain de 2022. Le mode d’application de la solution sera travaillé pour faciliter l’appropriation et l’utilisation du répulsif par les agriculteurs. La réflexion autour de l’optimisation du coût de la solution est actuellement engagée.

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation