ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Bilan de campagne 2021 en Ile-de-France et enseignements

ITB Ile-de-France ·

L'année 2021 a été soumise à une météo capricieuse en Ile-de-France. Retrouvez les faits marquant de la campagne développés lors du comité technique du 14 janvier 2022

Bilan de campagne

Tout avait bien commencé avec des semis précoces réalisés en bonnes conditions.

Du jamais vu : le gel du 6 avril a nécessité le ressemis d’environ 30 % des surfaces et un retard de la croissance de presque un mois qui s’est traduit pour celles-ci par un potentiel en baisse de 10 à 15 tonnes à l’hectare. Le sud de la région a été le plus impacté.

% surfaces resemées

 

L’utilisation de traitements de semences efficaces et la pression des pucerons verts nettement plus faible et tardive qu’en 2020 ont permis un contrôle satisfaisant de la jaunisse.

La jaunisse en Ile-de-France

Pourcentage de surface touchée en 2021 :

Le sud-ouest de la région, secteur le plus touché par la jaunisse, correspond aux zones voisines des secteurs de culture de portes-graines, réservoirs viraux de la jaunisse. 

Au cours de la période estivale, les faibles températures et lemanque d’ensoleillement n’ont pas favorisé la croissance.

Enfin, le fort cumul de pluies du 10 au 20 septembre a entraîné une baisse importante de la richesse. 

Le rendement régional très décevant est estimé à 82 tonnes par hectare. Il est légèrement supérieur à la moyenne 5 ans (78 T) mais inférieur à celle de 10 ans (84 T), en raison d’une succession d’années récentes avec des facteurs climatiques défavorables (sécheresse, inondation, gel). 

Le charançon

Présent depuis 3 ans en Ile-de-France, le charançon Lixus juncii poursuit son extension vers le nord de la région.

En 2021, malgré de nombreuses piqûres sur les pétioles au printemps, peu de collets étaient touchés à la récolte .Il n’y a pas eu d’impact du Lixus sur la qualité des betteraves. Cela s’explique en grande partie par les fortes précipitations estivales entraînant un bouquet foliaire important, inhibant ainsi le développement des larves et leur transfert vers le collet.

Afin d’approfondir nos connaissances, deux projets de recherche sont prévus pour 2022. Le premier consiste à mieux comprendre les interactions variétés-Lixus nommé MétaLix. Le second a pour but de décrire les zones d’hibernation du Lixus et de connaître la période de retour dans les parcelles. Il va aussi permettre de mettre à disposition un outil intitulé « Alerte Charançons » afin de localiser sa présence dans les parcelles de betteraves sucrières, porte-graines et rouges.

La cercosporiose en 2021 / choix de variétés tolérantes pour 2022

En 2021, les premiers symptômes de cercosporiose sont observés dès la fin du mois de juin mais sans évolution notable jusqu’à fin-août (fraîcheur et humidité). En septembre, le retour de précipitations et l’élévation des températures ont favorisé un développement important de la maladie sur les variétés sensibles. De nombreuses parcelles étaient alors en fin de protection fongicide.

Pour 2022, il est indispensable de choisir les variétés en fonction des dates d’arrachages. Vous trouverez les notes de tolérance à la cercosporiose sur le site de l’ITB ou dans le betteravier français n°1137

 

Retrouvez le choix du programme fongicide conseillé dans le replay.

L’utilisation de cuivre sous la forme Airone SC (sous réserve de dérogation) en association avec une triazole est indispensable sur des variétés sensibles.

Enfin, l’OAD « Alerte Maladies » issu des observations du BSV est un moyen utile pour déclencher les traitements.

Dans le contexte économique actuel, comment gérer  la fertilisation azotée ?

A chacun sa situation

Soigner la qualité du reliquat en prélevant la totalité des horizons exploitables. Le conseil peut être surestimé de 10 à 20 unités en moyenne entre un reliquat à 2 horizons par rapport à un reliquat à 3 horizons, avec pour conséquence un surcoût et un effet négatif sur la richesse à la récolte. 

Selon une synthèse de 98 essais ITB, la baisse de rendement estimée pour une baisse de 40 unités d’azote de la dose conseillée est dégressive selon la dose apportée.

A chacun de faire son calcul selon sa dose conseillée en tenant compte du prix de l’azote et de la betterave, de son rendement potentiel…Pour résumer, il y a :

  • Intérêt à réduire la dose dans le cas d’un potentiel faible à moyen avec une DC élevée
  • Intérêt à maintenir la dose dans le cas d’un potentiel élevé et une DC faible

La prise de décision plus délicate pour des situations intermédiaires : une réduction minorée pourra  éventuellement être envisagée

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation