ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Grecos - Couvrir les risques économiques liés à la jaunisse

ITB National ·

Le projet PNRI "Gestion du risque jaunisse" (Grecos) a pour objectif de préfigurer un dispositif pour couvrir les risques économiques liés à la virose, complémentaire des dispositifs privés et publics existants pour accompagner la transition vers de nouveaux modes de protection de la betterave sucrière contre la jaunisse.

Les virus responsables de jaunisse peuvent induire des pertes économiques élevées pour l’ensemble de la filière. Des solutions techniques innovantes pour protéger les betteraves sont actuellement testées. Ces solutions permettront de réduire l’intensité du risque : un dispositif adapté - de type assurance ou fonds mutuel - pourra alors permettre aux betteraviers de gérer le risque résiduel de perte de rendement et de renforcer ainsi la résilience de la filière betterave-sucre dans son ensemble. 

 

Le projet Grecos s’articule autour de trois grandes étapes :

 

•    La première consiste à évaluer les pertes qui sont spécifiquement liées à la jaunisse virale et à établir une méthodologie de calcul pour mesurer ces pertes dans les différentes régions de culture.

 

•    La deuxième vise à calculer une prime de risque jaunisse « sans NNI » et « après PNRI » (i.e. qui tienne compte des solutions techniques viables du PNRI). Elle repose sur une étude actuarielle* basée sur les données issues des Fermes Pilotes d’Expérimentation et des résultats du projet SEPIM. 

 

•    La troisième étape a pour objectif de préfigurer un dispositif de couverture du risque financier adapté à l'occurence de la jaunisse et de déterminer le type d’outil, le cadre juridique, la coordination avec les autres dispositifs tels que l’assurance récolte et les scénarios financiers de ce nouveau dispositif. 

 

Pour réaliser ce projet, l’ARTB travaille en partenariat avec des chercheurs spécialisés en gestion des risques et actuariat, et avec l’ITB. Le projet est également en interaction avec d’autres travaux du PNRI comme les projets SEPIM, Fermes pilotes et Provibe (via l’ITB). Le FMSE (Fonds agricole national de Mutualisation des risques Sanitaires et environnementaux), la CCR (Caisse Centrale de Réassurance) et des assureurs accompagnent également ce projet pour assurer la viabilité du système envisagé. 

 

Se nourrir de l’expérience 2020 et évaluer les pertes de rendement spécifiquement liées à la jaunisse 

 

Évaluer les pertes de rendement liées spécifiquement à la jaunisse est à la fois important pour la réalisation de l’étude théorique, mais aussi pour la mise en place opérationnelle d’un dispositif d'assistance économique. Et cela recèle une difficulté particulière pour séparer ces pertes de celles liées à d'autres contraintes biotiques (maladies du feuillage,...) et abiotique (stress hydriques).

 

La campagne 2020 a été marquée par un épisode intense de jaunisse et par une forte sécheresse, dont les effets peuvent être confondus. Un retour d’expérience 2020 est mené pour mesurer les possibles interactions avec le stress hydrique et pour vérifier la possibilité d’évaluer les pertes de jaunisse seules. 

 

Une analyse de données de l’ITB de parcelles irriguées ou non irriguées et infectées par la jaunisse en 2020 est en cours. Cette analyse sera complétée par les prélèvements de betteraves effectués en 2021 dans des parcelles atteintes par la jaunisse (prélèvements de betteraves jaunes caractéristiques de la jaunisse et de betteraves vertes adjacentes). 

 

En parallèle, des entretiens ont été menés avec trois assureurs afin d’identifier les outils et les méthodes d’expertise qui pourront être mises en place dans un futur dispositif de gestion du risque économique lié à la jaunisse. 

 

Une étude actuarielle pour calculer la « prime de risque jaunisse »

 

Deux chercheurs experts en gestion des risques, Martial Phélippé Guinvarc’h (Maître de conférences, actuaire, Université du Mans) et Jean Cordier (Professeur émérite, Agrocampus Ouest) vont analyser la distribution des pertes de rendement liées à la jaunisse pour répondre à deux questions qui permettront de calculer la prime pure de risque jaunisse :

 

o  Dans quelle mesure le risque de jaunisse est-il systémique ? 

 

o  Quelles sont la fréquence et l’intensité des pertes de rendement causées par la jaunisse ?

 

Ces calculs seront basés sur les données de rendement existantes, les résultats des Fermes Pilotes d’Expérimentation ainsi que les données issues de modélisations réalisées à partir de projections climatiques (via le modèle reliant l’apparition des pucerons et le climat). Il est fait l'hypothèse que la sévérité des dégâts liés à la jaunisse est directement liée à la précocité de l'apparition des pucerons dans les cultures. 

 

La synergie avec les autres projets du PNRI est donc importante, notamment avec les Fermes Pilotes d’Expérimentation et le projet SEPIM. 

 

De ce point de vue, la tenue du premier comité de suivi du projet le 27 octobre dernier a permis de renforcer les interactions entre les différentes parties prenantes.

 

Un benchmark pour s’inspirer des outils mis en œuvre dans les autres pays européens

 

En amont de la troisième phase de préfiguration d’un dispositif économique adapté au risque de jaunisse, un travail exploratoire a été lancé pour : 

 

•    recenser les outils disponibles et inspirants, 

 

•    décrire leurs caractéristiques et leur fonctionnement, 

 

•    identifier les projets en cours dans d’autres pays qui traitent de la question du risque sanitaire pour les cultures. 

 

Ce benchmark** repose d’une part sur une analyse bibliographique - et notamment sur une étude de la Commission Européenne de 2017 "Study on risk management in EU agriculture-Final report" par Ecorys et Wageningen Economic Research, et d’autre part sur un questionnaire diffusé auprès d’une quinzaine de pays grâce à la mise en place d’une collaboration avec la Confédération Internationale des Betteraviers Européens (CIBE). Les résultats de ce benchmark sont attendus pour début 2022. 

 

* Une étude actuarielle est une analyse spécialisée dans l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions de prévoyance sociale, d'assurances et de finances.

** Un benchmark est une analyse comparative

 

Cet article a été rédigé par l'ARTB

Crédit photographie : CGB

 

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation