ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Retour sur la pression bioagresseurs de ce printemps

Les présences des ravageurs souterrains, des limaces, des rongeurs, et des pégomyies, ont été faibles cette année. En revanche, altises, collemboles et thrips ont été souvent observés, d'autant plus dans des parcelles sans traitement de semences insecticides. Dans ces mêmes parcelles, les pucerons verts ont également été très présents cette année, malgré une arrivée retardée par rapport aux 2 années précédentes.

Plus de 250 parcelles suivies

 

Afin de réaliser un bilan hebdomadaire de l’état sanitaire des parcelles, l’ITB s’appuie sur les réseaux d’épidémiosurveillance : plus de 250 parcelles de betteraves, suivies du semis à la récolte et par près de 200 observateurs de la filière, du développement, et des acteurs de l'amont et de l'aval. Les données observées sont saisies dans l’outil Vigicultures® et validées par les animateurs régionaux.

 

 

Peu de ravageurs de la levée

 

Les conditions climatiques de mars et avril ont limité à 2 % des parcelles la présence des limaces et des rongeurs, ravageurs favorisés respectivement par une forte humidité et par des conditions sèches.

 

Peu de ravageurs souterrains

 

Les ravageurs souterrains ont été peu présents cette année, indiqués par les observateurs dans 8 % des parcelles sans aucun traitement de semences (TS) insecticides, et 7 % des parcelles avec un traitement de semences (téfluthrine seule, ou téfluthrine + néonicotinoïdes). A noter que les quelques parcelles du dispositif avec téfluthrine en 2019 et 2020 ne figurent pas dans le tableau ci-dessous.

 

 Avec TSSans TS
2010-201810 % 
2019 14 %
2020 8 %
20217 %8 %

 

En l’absence de toute protection en 2021, les atomaires ont touché 4 % des parcelles, les tipules 3 %, et les taupins et blaniules 2 % des parcelles.

 

Pégomyies : une infestation dans la moyenne

 

Les pégomyies ont touché cette année 26 % des sites, dans la moyenne des 10 dernières années, après une année 2020 avec une pression élevée (51 % des parcelles).

 

 

Plus de ravageurs aériens

 

Suite à l’évolution du contexte de cette année (obtention de la dérogation permettant d’utiliser des traitements de semences à base de néonicotinoïdes_NNI), des parcelles avec différents types de conduites sont suivies dans le réseau : 137 parcelles sans traitement de semence (TS)  à base de NNI, et 116 parcelles avec un TS à base de NNI.

 

Une pression plus importante des altises

 

Les altises ont été identifiées cette année dans 35 % des parcelles non traitées en TS insecticide, un peu plus qu'en 2019 et 2020. 4 % des parcelles ont atteint le seuil d’intervention. Pour les parcelles avec TS_NNI, 11 % des parcelles ont été touchées, et aucune n'a atteint le seuil d'intervention. Pour rappel, le seuil d'intervention est de 30 % de feuilles avec de nombreuses piqures.

 

 

Collemboles et thrips : une pression plus forte que les 2 dernières années

 

Les collemboles et les thrips ont été indiqués dans respectivement 18 et 13 % des parcelles en l’absence de TS à base de NNI, contre 5 et 2 % avec NNI.

 

 CollembolesThrips
 Avec NNISans NNIAvec NNISans NNI
2010-20181 % 1 % 
2019 7 % 9 %
2020 5 % 7 %
20215 %18 %2 %13 %

 

Pucerons verts : 77 % des parcelles atteintes

 

La pression des pucerons verts a été retardée par les conditions climatiques, mais s’est développée ensuite avec le retour de conditions chaudes dans les parcelles sans NNI : 74 % des parcelles ont été atteint le seuil de traitement, contre 100 % l’an dernier et 48 % en 2019. 

 

 

Pour retrouver les articles consacrés au suivi des pucerons verts cette année : leur arrivée dans les parcelles betteraves et leur évolution.

 

 

La surveillance se poursuit désormais sur les ravageurs aériens et les maladies foliaires.

 

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation