ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

PNRI : Entretien avec Quentin Tilloy, observateur des « fermes pilotes d’expérimentation »

Quentin Tilloy coordonne les essais de Cristal Union dans le projet PNRI « fermes pilotes d’expérimentation ». L’ITB a échangé avec lui sur le protocole mis en place sur la parcelle d’Ortillon, dans l’Aube.

ITB : Pouvez-vous présenter la ferme pilote d’Ortillon ?

 

Quentin Tilloy : Cristal Union accompagne 14 fermes pilotes dans le cadre du projet "fermes pilotes d'experimentation"  du PNRI dont 3 en agriculture biologique. A Ortillon, nous suivons l'une d'entre elle, une parcelle de betterave de 8,7 ha. Cette année, nous y observons l’effet des plantes compagnes (orge de printemps et féverole) et l’impact de lâchers de chrysopes et d’Aphidius.

 

ITB : En quoi consistent les essais menés sur les plantes compagnes ?

 

QT : Dans un premier temps, nous observons le comportement des betteraves en association avec des plantes compagnes : de la féverole, semée en novembre ou semée début mars, et de l’orge de printemps semée début mars. Ce sont des semences abordables et qui pourraient avoir un effet sur la colonisation de la parcelle par les pucerons.

 

Nous évaluons également si les betteraves semées au milieu de plantes compagnes conservent un bon développement ou si elles entrent dans des dynamiques de compétition.

 

Ensuite, nous cherchons à voir si ces plantes ont effectivement des effets sur les populations de pucerons. Pour la féverole, l’effet recherché est d’attirer les pucerons noirs (Aphis Fabae) qui sont propres à cette plante. Cela devrait favoriser l’installation durable des auxiliaires, précocement à l’arrivée des pucerons verts (Mysus Persicae) vecteurs de la jaunisse. Pour l’orge de printemps, on cherche à créer des confusions visuelles. En plus d’être un obstacle physique, l’orge perturbe potentiellement la propagation des pucerons, limite leur déplacement et leur reconnaissance des betteraves.

 

Betterave associé à la féverole Betterave associé à la féverole :

 

Betteraves associées à la féverole

 

Betteraves associée à l’orge de printemps :Betteraves associée à l’orge de printemps : 

 

Betteraves associées à l’orge de printemps

 

ITB : Et que testez-vous au niveau des lâchers d’auxiliaires ?

 

QT : Sur la parcelle, en partenariat avec la société Bioline, nous avons réalisé un lâcher de chrysopes et d’Aphidius. Des diffuseurs d’Aphidius ont été disposés aux centres de plusieurs zones de 400 m². S'agissant des chrysopes, nous les avons mélangés avec des cosses de sarrasin et des papillons, qui fournissent une base d’alimentation pour les premiers jours d’installation. Ce mélange a ensuite été déposé à la main, à la cuillère, tous les 2 rayons et tous les 2 mètres. Si cette méthode fonctionne, il faudra trouver une solution d’application adaptée aux parcelles des agriculteurs.

 

ITB : Comment est réalisé le suivi de ces expérimentations ?

 

QT : Les observations se font sur les betteraves nous comparons les évolutions des populations de pucerons et d'auxiliaires sur les différentes modalités. Nous comparons les évolutions d’un essai à un autre lors de points réguliers avec d’autres observateurs. On s’intéresse également aux parcelles de la même région, pour avoir des éléments de comparaison externe.

 

Les résultats sont renseignés dans un logiciel nommé « SI ferme pilote » développé par l'ITB : on y indique les observations faites, les interventions sur la parcelle, l’avancée des betteraves, etc.

 

Et de nouveaux outils, comme des photographies par drone sont en cours de développement afin de mieux visualiser l'impact des solutions testées sur le développement des betteraves et de la jaunisse.

 

ITB : Quels sont les premiers résultats observés ?

 

QT : Cette année nous avons connu un épisode de gel violent début avril. Certaines parcelles ont nécessité un re-semis notamment au sud de Paris. C'est le cas pour plusieurs de nos parcelles d'essais. Le risque est de perdre potentiellement une année complète d’essai, ce qui impacterait forcement les recherches du PNRI.

 

Dans les autres parcelles des fermes pilotes, la pression de pucerons est assez limitée cette année. Il est donc difficile d’observer les effets et impacts des solutions testées : à ce jour, il y a peu de différences entre les parcelles d’essai et les parcelles témoins.

 

De plus, les plantes compagnes ont subi des dommages lors du désherbage des betteraves, ce qui a pu avoir un impact sur leur efficacité dans la lutte contre les pucerons. Il faut faire un compromis entre activité des plantes compagnes et compétitivité vis-à-vis de la betterave.

 

Féverole endommagée par le désherbage

 

Fèverole impactée par le désherbage.

 

De manière générale, les plantes compagnes semblent ne pas avoir gêné significativement le développement des betteraves. Une légère concurrence entre l’orge et la betterave a été observée, mais l’orge a été détruite assez tôt pour éviter que cela n’ait trop d’incidences.  

 

Ces aléas nous permettent néanmoins d’apprendre et d’améliorer notre stratégie pour les années suivantes (dates de semis plus favorables, type d’implantation, mode de désherbage, etc.)

 

Au final, pour les conclusions de l’année, il faudra attendre la récolte à partir d'octobre 2021. On pourra effectivement analyser la présence ou l’absence de jaunisse ainsi que le niveau de productivité et de richesse en fonction des modalités testées. 

 

 

Quentin Tilloy est diplômé d’UniLaSalle - Beauvais. Il a réalisé son stage de fin d’étude à la sucrerie d’Arcis sur Aube sur la modélisation de la cercosporiose et a ensuite exercé la fonction de responsable en relation culture à l’usine de Bazancourt (Cristal Union). Aujourd’hui il est adjoint du département agronomie, où il coordonne les essais de Cristal Union sur les fermes pilotes d'expérimentation, mais aussi les travaux liés à l’agroécologie et sur le stockage de carbone. Il a un rôle de conseiller auprès des agriculteurs et il accompagne ses collègues de Cristal Union sur la mise en place des protocoles. Sa préoccupation principale est de trouver des moyens pour pérenniser la culture de la betterave.

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation