ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Fertilisation azotée et jaunisse modérée

Sur la base d’essais conduits en 2021, l’ITB conclut qu'il est peu probable qu’il y ait une interaction entre l’impact d’une inoculation de virus de la jaunisse modérée et du statut azoté de la plante sur le rendement betteravier.

Deux essais ont été conduits en 2021 par l’ITB à Vimy (62) et aux Grandes Loges (51) sur ce thème. La moitié des dispositifs a été inoculée avec des pucerons virulifères, porteurs de la jaunisse modérée (BMYV sur un site, BChV sur l’autre). L’autre moitié n’a pas été inoculée. Ces deux modalités ont été croisées avec différentes doses d’apports d’azote afin d’étudier l’interaction potentielle du statut azoté et de l’inoculation sur la charge virale et le rendement betteravier.

 

Des tests PCR ont été réalisés peu de temps avant la récolte afin de quantifier la charge virale des betteraves inoculées. Sur chaque essai, elle ressort statistiquement identique. Le statut azoté de la plante, dans les conditions de ces essais, n’a pas eu d’impact sur la charge virale, suite à l’inoculation.

 

Interaction entre l’impact de l’inoculation et l’impact du statut azoté sur le rendement betteravier

 

L’année 2021 a été relativement bien pourvue en eau pendant une grande partie du cycle végétatif, et la minéralisation de l’azote a été plutôt élevée. Dans la plupart des essais conduits sur l’azote par l’ITB en 2021, les réponses de la betterave à différents apports sont donc peu marquées. Ces deux essais, avec des doses d’apports conseillées faibles ou nulles (0 uN/ha pour l’essai des Grandes Loges, 60 uN/ha pour Vimy), s’inscrivent dans cette tendance.

 

Dans l’essai conduit aux Grandes Loges, le rendement a tendance à diminuer avec les apports d’azote, ce qui est typique d’une situation de sur-fertilisation. La baisse de richesse provoquée par le surplus d’azote prend le dessus sur le gain, voire la stagnation du rendement racine.

 

Rendement - Grandes Loges

 

Dans l’essai conduit à Vimy, la tendance est plutôt à une stagnation du rendement, voire à une baisse, pour les apports les plus importants.

 

Rendement Vimy

 

Pour ces deux essais, les hypothèses nécessaires à l’utilisation d’un modèle statistique approprié ne sont pas valides : il est donc compliqué de trancher statistiquement sur l’interaction de l’impact de ces deux facteurs sur le rendement betteravier. Cependant, il est clair que sur ces essais, le niveau de rendement est déterminé principalement par le fait que les betteraves soient inoculées ou non. La tendance d’évolution de rendement selon la quantité d’azote apportée semble aussi être sensiblement la même pour les betteraves inoculées, et non inoculées. Il est donc peu probable qu’il y ait une interaction entre l’impact d’une inoculation de virus de la jaunisse modérée et du statut azoté de la plante sur le rendement betteravier. Ces conclusions viennent conforter les résultats de Jaggard et al. 2002.

 

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation