Accueil / Fiches bioagresseurs / Le charançon Lixus juncii

Le charançon Lixus juncii

Le charançon de la betterave, Lixus juncii est un coléoptère de la famille des Curculionidae. Cet insecte polyphage est capable de se nourrir de nombreuses plantes notamment de la famille des Amaranthacées dont fait partie la betterave. En revanche, il possède une gamme de plantes hôtes très limitée pour sa reproduction. Ainsi, les femelles pondent leurs œufs dans les betteraves ou les blettes.

Cycle de développement

Le cycle de vie du charançon se compose de 3 stades larvaires, d’un stade nymphe et d’un stade adulte. Les stades larvaires et nymphe se déroulent au sein de la betterave, dans les pétioles, les tiges ou la racine. La durée des différents stades et le nombre de générations annuelles varient selon la situation géographique. Dans nos régions tempérées, il faut environ 60 jours pour qu’un œuf de charançon se développe en adulte alors qu’il ne faut que 45 jours au Maroc par exemple. La durée réduite du cycle dans les pays au sud de la Méditerranée combinée aux conditions climatiques favorables au développement du charançon lui permettent de réaliser 2 générations successives, alors que dans les pays européens il n’y a qu’une seule génération par an.

Les charançons vivent environ 1 an. Ils colonisent les parcelles de betteraves au printemps, entre fin avril et début mai en fonction des années et des régions. Des accouplements sont constatés dès l’observation des premiers charançons. Quelques jours après la colonisation des parcelles, les femelles commencent à pondre leurs œufs dans les pétioles même lorsque les betteraves sont encore jeunes (4-6 feuilles). Les accouplements et les pontes se poursuivent jusqu’à fin la fin de vie des individus vers fin juin, début juillet. La nouvelle génération d’adultes émerge des betteraves courant juillet, les deux générations se côtoient donc un court laps de temps. Ces individus émergeants sont incapables de s’accoupler car l’appareil reproducteur des femelles n’est pas développé. Ils quittent les parcelles de betteraves à la recherche d’un lieu pour passer l’hiver.

Inconnues sur le cycle de développement

Plusieurs inconnues demeurent concernant le cycle de vie du charançon. Comme indiqué précédemment, les individus de la nouvelle génération sont incapables de se reproduire dans les semaines qui suivent leur émergence en été. Cependant, la période où l’appareil reproducteur des femelles se développe n’est pas encore identifié. Les données de captures montrent que les premières femelles trouvées dans les parcelles de betteraves n’ont pas toute atteint la maturité sexuelle. Un déclenchement de la maturation de l’appareil reproducteur lors de la reprise de l’activité des femelles à la sortie de l’hiver pourrait expliquer cette observation, mais des expériences plus approfondies sur le sujet sont nécessaires pour valider cette hypothèse et préciser les facteurs qui déclenchent cette maturation. De plus, parmi ces premières femelles, toutes ne sont pas accouplées, ce qui interroge sur le moment de la reproduction. Or, ces deux éléments représentent un enjeu important pour adapter une stratégie de lutte basée sur la confusion sexuelle ou l’attraction via des phéromones sexuelles car son efficacité serait moindre si les femelles sont fécondées avant leur arrivée dans les parcelles. Des recherches sont également à mener pour identifier les sites d’hivernation du charançon. Cette connaissance permettra de mieux comprendre les dynamiques de colonisation des parcelles et ainsi anticiper les zones à risque. Il sera également possible d’intervenir dans ces lieux pendant l’hiver, lorsque les individus sont vulnérables afin de limiter les populations. 

Aire de répartition

Ce ravageur a d’abord posé problème dans les cultures de betteraves porte-graine dans le Sud de la France avant les années 2000. Son passage vers les cultures de betteraves sucrières est beaucoup plus récent, les premiers dégâts ont été signalée dans les plaines de Limagne à partir de 2010. Il a ensuite progressé d’année en année en s’implantant successivement dans la région Centre en 2015, puis dans le sud de l’Ile-de-France, l’Yonne et l’Aube en 2018. Si la majorité des régions au sud de Paris sont concernées par les attaques de L. juncii, la pression du ravageur n’est pas équivalente entre les départements ni même d’une année sur l’autre.
En 2022, l’ITB a développé un outil, « Alerte Charançons », accessible à toutes les filières betteraves (sucrière, potagère et porte-graine) afin de suivre l’extension du charançon à l’échelle du territoire. Il est accessible via la rubrique « Outils » du site web de l’ITB ou sur charancons.itbfr.org

Régulation naturelle des populations par les auxiliaires

La régulation des ravageurs par les ennemis naturels n’est pas toujours simple à attester, car cela nécessite d’observer la prédation ou le parasitisme directement ou via les traces qu’ils laissent. Ces interactions peuvent avoir lieu aux différents stades de vie du ravageur, qu’il vive dans la plante ou libre dans l’environnement.
Chez L. juncii, les observations sur le terrain révèlent quelques événements de prédation des individus au stade adulte, notamment par des araignées, mais celles-ci restent limitées.

L. juncii adulte capturé par une araignée

En revanche, le stade larvaire semble plus sensible à la régulation naturelle. En 1989, plusieurs espèces d’hyménoptères parasitoïdes ont été identifiées comme des auxiliaires de L. juncii. Durant l’été 2022, l’ITB a mené une campagne d’échantillonnage des parasitoïdes du charançon après avoir constaté leur forte prévalence dans plusieurs parcelles touchées par le ravageur. Lors de cette campagne, six espèces de parasitoïdes ont été trouvées dans les galeries creusées par les larves de charançons dans les pétioles. Cependant, plusieurs indices sur le terrain semblent indiquer une diversité plus importante d’ennemis naturels avec notamment des prédateurs ou des parasitoïdes s’attaquant aux œufs du charançon.

Parasitoïdes trouvés dans des galeries de L. juncii, au stade nymphe, libre ou dans un cocon (photos du haut), et au stade adulte (photos du bas)


 
Trous de ponte de L. juncii percés d’un trou de prédateur ou de parasitoïde d’œuf

Identification

L’adulte mesure entre 9 et 15mm et présente un corps allongé. Ses pièces buccales forment un rostre, dont la forme est caractéristique des charançons. La couleur du corps varie entre l’orange et le brun foncé mais toujours avec une bande blanche nette et continue sur les flancs, qui part de la tête jusqu’à l’extrémité des élytres. La couleur orange de certains individus s’explique par la présence d’une fine couche poudreuse orangée. Cette couleur est caractéristique des adultes fraîchement émergés, qui deviennent rapidement plus foncés car la poudre responsable de la teinte orangée se détache très facilement du corps sous l’effet de contraintes physiques.


 
L. juncii adulte

Jeunes adultes de L. juncii. Individus recouverts d’une couche orangée (A et B) et individu bicolore suite à un contact dans les doigts (C)

Il peut être difficile d’observer les adultes lorsque la pression n’est pas très importante car ils se laissent facilement tomber au sol dès qu’ils perçoivent un danger. Ils se trouvent le plus souvent sur le haut des feuilles ou au niveau du collet.
Il est possible de distinguer le mâle de la femelle en s’appuyant sur plusieurs critères. Le plus évident reste la position des individus lors de l’accouplement, le mâle se trouvant toujours sur le dos de la femelle. Deux critères morphologiques peuvent toutefois être utilisés pour sexer à la loupe  les individus isolés: la forme du dernier segment abdominal et la taille du rostre. Le critère le plus discriminant se situe sur la partie dorsale au bout de l’abdomen, une zone difficile d’accès à cause des élytres. Le dernier segment des femelles présente une forme qui épouse celle des élytres, là où celui des mâles est plus large et carré. La pilosité de cette zone diffère également selon le sexe, elle est homogène chez les femelles et se poursuit sous les élytres tandis que chez les mâles les soies sont plus denses et localisées sur l’extrémité du segment. Concernant le rostre, les femelles présentent un rostre légèrement plus allongé que celui des mâles, mais la différence est subtile et nécessite un œil expert

Accouplement de L. juncii

 

L. juncii mâle (à gauche) et femelle (à droite)

 

L. juncii femelle (en haut) et mâle (en bas)

L’œuf de L. juncii est jaune clair de forme légèrement ovale.

 

Œufs de L. juncii

La larve est de type vermiforme apode (absence de pattes) de couleur blanche avec une tête foncée bien définie.

 

Larves de L. juncii

La nymphe est de grande taille, de couleur blanche ou marron selon le moment de la métamorphose. Elle est capable de bouger pour se mouvoir dans la galerie. 

 

Nymphe de L. juncii

Dégâts

Pour pondre leurs œufs, les femelles charançons creusent un trou dans le pétiole de la plante à l’aide de leur rostre et déposent un œuf unique dans la cavité avant de le reboucher. Par abus de langage, ce trou de ponte est souvent appelé « piqûre », bien que ce n’en soit techniquement pas une. Les trous de ponte du charançon sont de taille et de forme variables, s’accompagnant le plus souvent d’une boursouflure.


 
Diversité de forme des trous de ponte de L. juncii

Les trous de ponte ne représentent pas de réel danger pour la plante, mais c’est un indice important sur le terrain pour détecter l’arrivée du charançon dans une parcelle. Ils permettent également d’évaluer le niveau d’infestation dans celle-ci, notamment en mesurant le pourcentage de plantes touchées et/ou le nombre de trous par plante. Dans les parcelles très touchées, plusieurs dizaines de trous de ponte peuvent se trouver sur la même plante avec plus de 10 trous par pétiole.
Les vrais dommages sont causés par les larves lorsqu’elles creusent des galeries qui descendent du pétiole jusqu’à la racine. Dans certains cas, les galeries dans le pétiole sont visibles en surface. Cependant, toutes les larves ne migrent pas dans la racine, certaines terminent leur cycle dans le pétiole. Dans les deux cas, le charançon une fois arrivé au stade adulte émerge de la betterave en laissant un gros trou derrière lui.


 
Galeries de L. juncii dans le pétiole (à gauche) et dans la racine (à droite)

Trous d’émergence de L. juncii dans le pétiole (à gauche) et dans la racine (à droite)

Il est important de ne pas confondre les galeries du charançon avec celles que peuvent faire les teignes (pas de trou de ponte pour les teignes).

Trous de ponte de L. juncii (A) et dégâts de teigne (B et C)

Bien que les dégâts soient similaires qu’ils touchent une betterave sucrière, potagère ou porte-graine, à quelques différences près, les conséquences de ces dégâts sont bien distinctes. En culture de porte-graines, les galeries fragilisent les tiges qui peuvent casser. Le charançon peut alors entraîner jusqu’à 30 % de perte de rendement grainier. En betterave sucrière, le véritable problème réside dans les galeries laissées par les larves dans la racine car elles représentent une porte d’entrée pour des champignons comme le Rhizopus. Ces champignons peuvent entraîner une perte totale de la production dans le pire des scénarios. Pour la betterave potagère, c’est la présence de la larve dans la racine qui pose problème car elle se retrouvera dans l’assiette du consommateur.

Betteraves sucrières infestées par du Rhizopus suite aux galeries laissées par L. juncii

Pour le moment, les différentes solutions phytosanitaires ou de biocontrôle testées semblent inefficaces contre L. juncii en betterave sucrière. Des tests de produits sont en cours à l’ITB pour améliorer les moyens de lutte contre le charançon.

Depuis le printemps 2022, l’ITB a mis à disposition un nouvel outil, Alerte Charançons, qui permet de visualiser en temps réel la présence du charançon, de manière interactive à l’échelle du territoire. Cet outil se base sur les données de Vigicultures©. Au cours de l’année, l’ITB organise des campagnes de suivis des populations de L. juncii et de ses ennemis naturels ainsi que plusieurs essais au champ. De nouvelles solutions biocides ou répulsives sont ainsi testées, de même que l’efficacité des plantes de service et la sensibilité des variétés commercialisées. Plusieurs expériences sont prévues pour l’hiver 2022-2023 afin d’identifier les sites d’hivernation du charançon. Durant l’été 2022, l’ITB a démarré un élevage de charançons pour poursuivre les expériences durant l’hiver.

Cages d’élevage de L. juncii

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


Organisme agréé Crédit d'impôt Recherche


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation