Accueil / French National Plan for research and innovation / Ferme pilote d'expérimentation de Bétheny

Ferme pilote d'expérimentation de Bétheny

 Marne

Ferme Pilote d'Expérimentation suivie par l'ITB

Agriculture conventionnelle

 

Suivi des essais :

PRÉSENTATION DE L'ESSAI

Levier testé : endophytes

Des champignons appelés néotyphodium, inoculés dans des graminées, produisent des composés alcaloïdes insecticides de la famille des lolines. Il a été démontré que ces composés ont des effets conséquents sur la mortalité des pucerons. Ces champignons établissent une relation de symbiose avec les graminées, d’où le qualificatif « endophytes ». La nature et la quantité des composés insecticides produits dépendent de l’association champignon-hôte : l’ITB teste actuellement des fétuques inoculées avec des souches de cette espèce de champignons. 

Modalités testées sur l’essai :

  • Sans plantes compagne (témoin) 
  • Fétuque Cérience 
  • Fétuque CropMarkSeeds 
  • Un passage de strip-till 
  • Deux passages de strip-till 

QUE RETENIR DE CET ESSAI ? 

Cette section sera complétée à la fin de l'essai.


DÉROULEMENT DE LA CAMPAGNE : 

28 avril 2021 : semis des fétuques inoculées

Afin d’augmenter les chances de réussite d’obtenir un bon développement des fétuques, celles-ci ont été semées à la volée sous couvert d’orge de printemps, grâce à un épandeur à engrais muni d’une rampe.  

Développement des fétuques inoculées

Les fétuques ont levé sous le couvert d’orge dès le mois de mai, et se sont bien développées dans le courant de l’été et de l’automne. Les bonnes conditions d’humidité du printemps et du début de l’été 2021 ont fortement contribué à cette réussite. 

Déstruction des fétuques inoculées

Afin de maximiser la production de lolines par les champignons endophytes inoculés sur les fétuques, ces dernières ont été broyées. Elles ont ensuite été détruites au glyphosate juste avant le semis des betteraves. 
Cela n’a pas suffi à détruire une partie des fétuques : un anti-graminée a ensuite été réalisé une fois les betteraves développées. 

06 avril : semis des betteraves

Deux modes de préparation ont été testés pour semer les betteraves dans le couvert de fétuques préalablement détruit avec du glyphosate. Le premier a consisté en la réalisation de deux passages de strip-till : un premier dans le courant de l’hiver, et un second en combiné avec le semis des betteraves. Le second a consisté en un seul passage de strip-till, combiné au semoir.  

Les betteraves ont été semées dans des conditions bien réessuyées afin de permettre un bon travail du strip-till. Aucune différence de qualité de levée n’a été constatée entre les deux modalités de préparation

Développement des betteraves 

Aucune différence de développement végétatif n’a été constatée entre les différentes modalités. La levée des betteraves a été homogène. Le reliquat azoté a été réalisé juste avant le semis des betteraves afin de bien estimer la quantité d’azote absorbée par les fétuques, détruites juste avant le semis des betteraves. 

Suivi des populations de pucerons 

Les populations de pucerons ont été comptées à trois dates différentes. Les modalités avec les fétuques ressortent avec des populations d’aptères verts significativement inférieures à celles de la modalité témoin. 

Il est délicat de faire la part des choses entre un potentiel effet du mulch toujours présent, et la libération éventuelle de composés alcaloïdes. Des analyses seront réalisées pour quantifier ces molécules dans les fétuques et les betteraves. 

 

Levier testé : endophytes

Des champignons appelés néotyphodium, inoculés dans des graminées, produisent des composés alcaloïdes insecticides de la famille des lolines. Il a été démontré que ces composés ont des effets conséquents sur la mortalité des pucerons. Ces champignons établissent une relation de symbiose avec les graminées, d’où le qualificatif « endophytes ». La nature et la quantité des composés insecticides produits dépendent de l’association champignon-hôte : l’ITB teste actuellement des fétuques inoculées avec des souches de cette espèce de champignons. 

Modalités testées sur l’essai :

  • Sans plantes compagne (témoin) 
  • Fétuque Cérience 
  • Fétuque CropMarkSeeds 
  • Fétuque non inoculée 

QUE RETENIR DE CET ESSAI ? 

L’implantation des fétuques à l’interculture est délicate : leur développement a été très limité sur l’essai. L’itinéraire technique testé a conduit à une dégradation très lente des fétuques ce qui pourrait en partie expliquer que les composés insecticides produits par les champignons inoculés n’aient pas été retrouvés dans les échantillons de betteraves. Les populations de pucerons sont restées relativement faibles. Aucun effet significatif des fétuques n’a été observé sur les populations de pucerons. 


DÉROULEMENT DE LA CAMPAGNE : 

Semis des fétuques 

Le semis des fétuques a été réalisé après un labour et un travail de préparation de sol pour tenter de limiter les repousses de la céréale précédente. 

Une fétuque inoculée avec des champignons endophytes fournie par la société CropMarkSeeds a été semée, ainsi que la même variété de fétuque, non inoculée. 

Développement des fétuques :

Le développement des fétuques a été très lent. Celles-ci ont été concurrencées par des repousses d’adventices, notamment de colza. La fétuque non inoculée est quasiment absente : cette modalité peut être considérée comme un témoin sans fétuque. 

Semis des betteraves et destruction des fétuques :

Les betteraves ont été semées directement dans les fétuques, en combiné avec un strip-till. Il était initialement prévu de détruire les fétuques avec un anti-graminée suite au développement des betteraves. 

Cependant, un épisode de gel a obligé à un second semis des betteraves, réalisé le 21/04/2021. Les fétuques ont alors été détruites au glyphosate juste avant ce second semis. La dégradation des fétuques a été très longue.

Développement des betteraves

Dans les modalités avec les fétuques inoculées, le développement des betteraves a semblé plus lent. 

Suivi des populations de pucerons

Le nombre d’aptères verts observés sur cet essai est faible : aucune différence significative n’est constatée entre la modalité témoin et la modalité avec les fétuques inoculées. 

Quantification des lolines

Des échantillons de fétuques et de betteraves ont été prélevés pour quantifier les composés insecticides de la famille des lolines produits par les champignons endophytes inoculés sur les fétuques. Si les lolines sont bien présentes dans les fétuques avant leur destruction, aucune trace n’est retrouvée dans les échantillons de betterave. La très lente dégradation des fétuques explique probablement cette observation. 

Symptômes de jaunisse : 

Très peu de symptômes de jaunisse ont été observés sur cet essai. 

Récolte des betteraves 

Un rendement légèrement plus faible est constaté pour les betteraves de la modalité avec les fétuques inoculées par rapport aux betteraves sans fétuque. Ceci peut s’expliquer probablement s’expliquer par un prélèvement en azote plus important dans la modalité avec la fétuque inoculée, et un accès potentiellement plus limité à la lumière du fait de la présence du couvert de fétuque. 

Aucun article trouvé
Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


Organisme agréé Crédit d'impôt Recherche


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation