ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Situation parasitaire dans l'Oise et le Val d'Oise au 14 juin

ITB Oise / Val-d'Oise ·

Le développement des betteraves s’est accéléré depuis le début du mois de juin. Après couverture du sol, le risque de développement de jaunisse par les pucerons présents est atténué. Les asticots de pégomyies se développent dans les feuilles des betteraves en creusant des galeries sous l’épiderme sans créer de perforations. Actuellement la première génération arrive à son terme.

Pucerons :

Le développement des betteraves s’est accéléré depuis le début du mois de juin. Le stade couverture du sol se rapproche. Même si la couverture peut sembler atteinte vu de la route, il faut descendre dans la parcelle pour constater que la fermeture des rangs n’est pas complète. Rappelons que cette fermeture des rangs signe l’arrêt des pulvérisations contre les pucerons. Cela ne signifie pas que les betteraves sont dorénavant résistantes à la jaunisse mais que l’incidence de la maladie sera plus faible (jaunisse tardive) qu'avec une précoce de pucerons.

 

Si les betteraves ont reçu 2 pulvérisations (TEPPEKI 140 g et MOVENTO 0,45 l/ha) les traitements peuvent s’arrêter. S'il n'y a eu qu'un seul traitement, une surveillance peut être maintenue jusqu'à couverture. Le relais est déjà pris par les auxiliaires (Coccinelles, Chrysopes, Syrphes et autres insectes), et les maladies entomophtorales (champignons parasites) se développent depuis deux semaines sur les populations de pucerons.

Pour aider les planteurs,  l'ITB, en collaboration avec toute la filière, propose un nouvel outil d’aide à la décision : « Alerte Pucerons ». Une cartographie des observations est disponible. (Retrouvez cette carte mis à jour régulièrement sur le site internet de l’ITB www.itbfr.org dans la rubrique « Outils »).

Pour en savoir plus sur les conditions d’emploi des produits conseillés par l’ITB, vous trouverez ces informations dans l'article « Traitements insecticides contre les pucerons ».

 

Pégomyies :

Les asticots de pégomyies se développent dans les feuilles des betteraves en creusant des galeries sous l’épiderme sans créer de perforations, et qui forment des cloques. Les asticots présents peuvent être observés en transparence.  

 

Actuellement la première génération arrive à son terme (les « cloques » sont vides). A partir de la fermeture des rangs, le seuil de traitement est de 50% des plantes avec galeries (et présence d'asticots vivants). Ce seuil n'étant pas atteint, il n'y a pas à intervenir. Nous surveillons l’arrivée de la seconde génération. 

 

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation