ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Préparations superficielles avant semis

C:\WINNT\Profiles\ITB80\Bureau\photo perso\Dscn0188.jpg

L’étape préparation-semis est déterminante pour la mise en place d’un peuplement homogène et le début de croissance sans obstacle de la racine pivotante. Lors des préparations, l’attention doit porter sur l’état hydrique et physique du sol avant intervention, sur la structure réalisée par l’outil, tout en restant vigilant sur les conditions climatiques à venir.

La préparation du sol doit répondre à plusieurs objectifs distincts et complémentaires :

  1. Réduire les mottes et les structures massives issues du labour.
  2. Réchauffer l’horizon superficiel par la circulation de l’air.
  3. Aplanir et resserrer l’horizon de surface pour le travail du semoir.
  4. Assurer l’imbibition de la graine après semis, et le démarrage du pivot.
  5. Contribuer à maintenir la parcelle propre avant le semis.

On doit rechercher un nombre minimal d’interventions, une ou deux, en s’adaptant à l’état de la parcelle. Pour les parcelles labourées avant ou pendant l'hiver, on peut être confronté à des trois grands types de situations :

Des labours peu hivernés, avec un relief important et de grosses mottes nécessitant de privilégier le travail de pièces " agressives " : rouleau barres plates, dents et lames niveleuses, d’autant plus si le taux d’argile dépasse 20%. Un outil à dents ou rouleau barres, porté à l’avant du tracteur, peut aider à réduire la taille des mottes et écrêter le labour. Des croskillettes arrière complèteront le nivellement et la réduction des mottes. L’ajout d’équipement tasse-avant et roues larges favorisera la planéité finale de la préparation. Si plusieurs passages d’outil sont nécessaires, en limons argileux en particulier, on sera attentif au climat et au risque de dessèchement rapide et de durcissement des mottes.

Outil de préparation en limon bien hiverné, priorité au resserement de la structure

A l’inverse, un labour battu, le ressuyage peut être lent : il sera surtout important de patienter sans précipiter l’intervention. Celle-ci restera impérativement superficielle, entre 5 et 7 cm, en favorisant la formation de petites mottes par les dents droites de l’outil. On veillera à ne pas trop affiner et ne pas lisser, donc éviter les compartiments d’outils qui affinent beaucoup (dents resserrées, croskillettes) et les pièces lissantes (dents cœur).

Si le labour est bien hiverné, le ressuyage sera rapide dès que les conditions climatiques sont favorables. L’objectif sera de profiter d’un état du sol déjà fragmenté pour travailler au minimum. On travaillera l’horizon superficiel, en privilégiant les outils de rappui et de création de petites mottes (rouleaux spires, rouleaux barres, roto herses) en limitant le travail trop énergique des dents droites. Avec des équipements de répartition de charge du tracteur, pneus larges, jumelages, tasses-avant, on devra tenir compte de leur propre contribution à l’affinement. Le risque principal est d’affiner exagérément au-delà de 7 cm, et de fortement perturber le démarrage du pivot.

Premier passage, insuffisamment affiné. Un second passage sera nécessaire avant semis

 

 

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation