ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

Les maladies du feuillage en période estivale

Les maladies du feuillage affectant la betterave en période estivale sont nombreuses : il s'agit principalement de maladies fongiques (cercosporiose, ramulariose, oïdium, rouille, mildiou, Alternaria) mais il existe aussi une maladie virale, la jaunisse, et une bactériose à Pseudomonas.

La cercosporiose

 

Nuisibilité : très forte en cas de développement précoce et rapide. Une grande rigueur est nécessaire dans l’observation des symptômes et l’application des traitements.

Symptômes : petites taches rondes, grises avec une bordure rouge ou brunâtre où de petits points noirs apparaissent en leur centre. Quand les lésions foliaires se multiplient et s’agrandissent, le dessèchement complet du limbe est possible. La destruction du bouquet foliaire induit une forte repousse de feuilles et l’allongement du collet. Pour éviter toute confusion avec d’autres symptômes, notamment avec la bactériose, il est impératif d’observer les taches à la loupe pour y distinguer les points noirs caractéristiques.

 

La ramulariose

 

Nuisibilité : moyenne. Le développement de cette maladie est sporadique. En conditions favorables, la ramulariose peut entraîner la destruction du feuillage.

Symptômes : taches assez grandes, marron sur l’extérieur, blanchâtre au centre sans bordure rouge ou brunâtre, qui tendent à fusionner au cours de la saison. Des petits points, blancs grisâtres, apparaissent au centre des taches les plus grosses. L’observation à la loupe est nécessaire.

 

L'oïdium

 

Nuisibilité : moyenne à forte. Son impact sur le rendement peut être élevé en cas de forte attaque.

Symptômes : un duvet blanc grisâtre poudreux
apparaît sur les 2 faces des feuilles. On distingue
parfois de petites granulations noires. Les feuilles
atteintes jaunissent puis se dessèchent.

 

La rouille

 

Nuisibilité : faible. Elle peut cependant atteindre un niveau important dans certaines conditions.

Symptômes : des cercles concentriques se
développent autour de pustules poudreuses
orangé-brun. La multiplication des pustules peut
couvrir complètement le feuillage et entraîner le
dessèchement des feuilles.

 

Le mildiou

 

Nuisibilité : faible. Le plus souvent, seules quelques plantes isolées ou de petits foyers sont concernés. Le milidou apparaît au printemps et/ou à l’automne.

Symptômes : coloration vert pâle ou jaunâtre
des plus jeunes feuilles qui s’épaississent et se
gaufrent. Par la suite, en conditions humides et
fraîches, un duvet violacé apparaît, accompagné
d’une sporulation grisâtre abondante sur la face
inférieure des feuilles. Au cours de leur croissance, les feuilles extérieures jaunissent et deviennent cassantes puis se dessèchent.

 

L'Alternaria

 

L'Alternaria est un champignon de faiblesse qui apparait en fin de cycle de la betterave.

Symptômes : les feuilles les plus âgées (feuilles
extérieures) brunissent et se nécrosent de leur
pointe ou bordure vers le centre du limbe, entre les nervures. La nécrose aboutit au dessèchement complet du feuillage. Une poudre veloutée noirâtre apparaît sur les parties nécrosées (conidiophores portant les conidies du champignon).

 

La bactériose à Pseudomonas

 

! A ne pas confondre avec la cercosporiose.

 

La maladie s'observe à partir du mois de juin après un épisode pluvieux. Elle s’installe la plupart du temps à la suite de blessures causées
principalement par la grêle, lors de périodes très
humides.

Nuisibilité : très faible. La pluviométrie abondante qui suit le développement de la maladie favorise la croissance du feuillage et la maladie disparaît naturellement, sans causer de préjudice.

Symptômes : taches brun-noir de forme variable
sur les feuilles.

 

La jaunisse modérée

 

La jaunisse modérée regroupe 3 virus
génétiquement proches : le BMYV, le BChV et le BWYV-USA. Ces virus sont transmis efficacement par le puceron vert du pêcher Myzus persicae, et de manière secondaire par d’autres espèces de pucerons (Macrosiphum euphorbiae, Myzus ascalonicus, Acyrtosiphon pisum et Aphis fabae).

Nuisibilité : forte. Pertes de rendement potentiellement élevée si les infections sont précoces.

Symptômes : coloration jaune orangée entre
les nervures à partir de l’extrémité de la feuille. Épaississement du limbe. Nécrose à l’Alternaria en fin de cycle.

 

La jaunisse grave

 

La jaunisse grave est causée par le virus du même nom, le BYV. Moins fréquent sur le territoire que les virus de la jaunisse modérée, il peut cependant causer des dommages plus importants. Il est transmis efficacement par le puceron vert du pêcher Myzus persicae et par le puceron noir de la fève Aphis fabae.

Nuisibilité : très forte. Pertes de rendement potentiellement très élevées.

Symptômes : coloration jaune citron du limbe puis apparition de tâches rouge-brun coalescentes. Épaississement du limbe.

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation