ITB Institut Technique de la betterave

 Accueil / Tous les articles / Article

La dérogation pour les néonicotinoïdes est acceptée !

La demande de dérogation déposée par l'ITB pour l'utilisation de produits à base de néonicotinoïdes en traitements de semences vient d'être acceptée. Il est donc autorisé, en respectant certaines conditions, de semer en 2021 des betteraves bénéficiant d’une protection insecticide à base de néonicotinoïdes.

Cette dérogation de 120 jours concerne uniquement les produits de traitements de semences Gaucho 600 FS (à base d'imidaclopride) et Cruiser SB (à base de thiaméthoxame) complétés chacun par la téfluthrine.

Les doses de néonicotinoïdes acceptées sont de 75 % de la dose d'AMM (Autorisation de Mise en Marché). Ce dosage permettra, en contrôlant les populations de pucerons, de lutter contre les jaunisses virales et plus généralement contre les ravageurs souterrains et aériens de la betterave.

Cette dérogation est délivrée avec des mesures d’encadrement sur les successions culturales :

Après une culture en 2021 de betteraves sucrières dont les semences ont été traitées avec de l’imidaclopride ou du thiamethoxam, seules les cultures suivantes (incluant les cultures intermédiaires) peuvent être semées, plantées ou replantées :

  • A partir de la campagne 2022 : Avoine, Blé, Choux, Cultures fourragères non attractives, Cultures légumières non attractives, Endive, Fétuque (semences), Moha, Oignon, Orge, Ray-grass, Seigle ;
  • A partir de la campagne 2023: Chanvre, Maïs, Pavot/œillette, Pomme de terre ;
  • A partir de la campagne 2024 : Colza, Cultures fourragères mellifères, Cultures légumières mellifères, Féverole, Lin fibre, Luzerne, Moutarde tardive, Phacélie, Pois, Radis, Tournesol, Trèfle, Vesce.

Ces successions culturales ne représentant pas la totalité des itinéraires culturaux possibles incluant une culture de betterave, ces listes seront complétées durant l’année 2021. De plus le Ministère sollicitera l’ANSES, qui avec l’ITB et l’ensemble des référents en agronomie, pourra amender ces rotations au vue des connaissances scientifiques les plus récentes.

Cas spécifiques du Colza et du Maïs :

Pour ces deux cultures, la mise en œuvre de mesures d'atténuation et de compensation pourrait permettre d'anticiper d’une campagne, leurs semis, leurs plantation ou leurs replantation, par rapport au calendrier présenté plus haut. Cette autorisation ne deviendrait effective qu’après avoir obtenu un avis favorable de l’ANSES au cours de cette année.

Ces mesures d’atténuation qui devront être déployées, et dès 2021 pour le dispositif Maïs, sont :

 A/ Mesures d’atténuation et de compensation pour les cultures de maïs :

  •  1° Utilisation, sur une largeur d’au moins dix-huit rangs de betteraves qui ne peut être inférieure à huit mètres, de semences de betteraves non traitées avec des produits phytopharmaceutiques contenant les substances actives imidaclopride ou thiamethoxam sur le pourtour des parcelles traitées avec ces produits ;
  •  2° Implantation en 2021 et 2022 sur l’exploitation concernée, à une distance adaptée, de surfaces mellifères à raison de 2 % des surfaces implantées de semences de betteraves traitées avec des produits phytopharmaceutiques contenant les substances actives imidaclopride ou thiamethoxam.

B/ Mesures d’atténuation et de compensation pour les cultures de colza :

Implantation d’un mélange composé d’au moins 50 % d’une variété précoce à floraison de type Es Alicia ou d’une variété équivalente, sur une surface représentant au moins 10 % de la sole de colza de l’exploitation concernée et sur laquelle n’ont pas été cultivées des betteraves traitées avec de l’imidaclopride ou du thiamethoxam au cours des trois années précédentes.

L’ITB travaillera avec l’ANSES sur la portée de ces mesures d’atténuation afin, comme toute la filière betteravière le souhaite, pouvoir anticiper d’une campagne le semis de ces cultures.

 

Remonter en haut de la page

Agrément conseil de l’ITB à l’utilisation des produits phytosanitaires n° 7500002.
Le portail EcophytoPIC recense les techniques alternatives à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques.


L'Institut Technique de la Betterave est
membre du réseau Acta

Institut Technique Agricole Qualifié
par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation